Thèmes

femmes histoire homme moi inconnus doigter monde doigter

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Ces inconnus pour le plaisir (4)
· Comment j'aime jouer (4)
· Comment j'aime m'exhiber (2)
· L'imprevu (6)
· La famille, (2)
· Non responsable (1)

Rechercher
Derniers commentaires

vous êtes à l'évidence très sexy et,non seulement,les pensionnaires avaient raison,mais j'aurais moi-même été
Par hugo, le 24.01.2014

je suis aussi excité que touché par ce récit...sans doute le plus beau. quelque s esprits obtus appelleront
Par hugo, le 24.01.2014

très bien écrit et très excitant! m on dieu (ou mon démon)!que ces récits me retournent délicieusemen t! m
Par hugo, le 24.01.2014

comme si j'y étais! quell e excitation! je vous laisse imaginer dans quel état ce récit m'a mis!
Par hugo, le 24.01.2014

si cela se trouve nous nous sommes déja croisé car j'ai eu une experience avec une femme dans le metro comme t
Par Anonyme, le 26.11.2013

Voir plus

Articles les plus lus

· dans le métro
· le train couchette
· Une aventure spéciale à la maison de retraite (1ere partie)
· Il faut un début à tout
· le placard

· Une aventure spéciale à la maison de retraite (suite...)
· Quelques précisions sur mes comportements
· Anecdotes
· qui je suis
· mon mari
· le magasin
· Voisins de vacances
· l'ascenseur
· agent immobilier
· le copain

Voir plus 

Statistiques

Date de création : 24.04.2013
Dernière mise à jour : 23.11.2013
20articles


dans le métro

Publié le 24/04/2013 à 15:31 par femme-ouverte Tags : homme moi inconnus doigter monde

 

Voici comment je m'organisais pour jouer avec quelques  vicieux dans le métro.

 

Je choisissais une jupe mi longue, (aux genoux) mais fendue assez haute, pull ample, et imper pour ne pas que ca se voit

pour etre tranquille dans le metro, il faut passer inapercue, si l'on est en minijupe avec decoleté, tous les regards sont tournés vers nous et bonjour la discretion, il vaut mieux etre madame tout le monde et se fondre dans la masse

 

Préférant les heures de pointe, le samedi en fin d’après midi etait le mieux, il y a moins d’odeurs désagréables

 

Je choisissais une ligne toujours bondée dans le centre, vers les grands magasins.

 

Je montais et me mettais du côté opposé a la porte par laquelle on rentre, je me tiens à la barre alu en ne regardant rien de particulier. Pour m'approcher, le peloteur devra se serrer contre moi, sa justification est qu’il faut qu’il se tienne aussi à la barre.

 

Je ne cherche pas forcément à repérer l'inconnu, bien souvent je ne connais pas sa tête. je me faisais choisir et jamais l'inverse

 

En général cela se passe ainsi :

 

1 ère station, un inconnu monte, il me repere, se place et profite des secousses pour me frôler furtivement. S’approchant de plus en plus jusqu’a toucher légèrement.

 

2eme station, quand le métro repart, le plus souvent profitant de la secousse du démarrage, l'inconnu met direct sa main et attend une réaction, au bout de quelques secondes, si je ne dis rien, il appui plus fort pour être sur que je le sente bien, qu'il me touche.

 

3eme station, sa main bouge. Je suis tendue. Elle descend ou monte suivant l’endroit convoité. je fremie, Le plus souvent elle descend et caresse à travers le tissu. Voyant que je laisse faire, la caresse continu et la main élargie son cercle de découverte, découverte de mes formes, et des vêtements. Considérant ce que je porte en dessous, surtout la jupe fendue, il n’hésite plus, il va direct aux lèvres intimes, il ressent mon fremissement de plaisir que je disimule a ceux autour

 

4eme station : il sait qu'il peut me toucher à cet endroit. suivant le monde qui decend puis remonte, il se positionne mieux s'il le peut L’humidité lui indique mon appartenance à ce jeu. j'ecarte du mieux que je peux, je lui laisse le maximum de place, J'appartiens à cet inconnu le temps du trajet. il a tout le temps que la discrétion lui permettra de rester contre moi, en moi. Il sait qu’il est le maitre et en me donnant du plaisir, il me rend dépendante de ses caresses. A ce moment la, plus rien ne lui sera défendu et il le sait.

 

Je me souviens mon plus beau "tripotage" dans le métro. J’ai eu 2 doigts dans le vagin et ensuite un autre au bord de l’anus. Il frottait son sexe sur ma cuisse, bougeant avec les secousses de la rame, il m'a faite jouir et m'a donné beaucoup de plaisir. Puis il a remonté sa main pour attraper mes seins qu’il malaxait, il me pinçait les tétons assez fortement.

 

Ce fut mon meilleur «Coup». Nos emplacements, celui des gens autour, sa taille (1.60 m environ) tous les ingrédients étaient réunis, ce qui hélas n'est pas toujours le cas. Le plus souvent, le type se frotte et c'est tout ou au mieux tripote les fesses à travers le tissu

 

Il y eu aussi un homme qui m'avait déjà tripotée quelques semaines plus tôt, et que j'ai retrouvé en montant dans le métro. Mais dès que je l’ai reconnu, je n’ai pas hésité, je me suis approchée de lui. Il a du me reconnaitre aussi car, presque face à moi, il a directement mis sa main entre mes jambes et m'a tripotée. Je me suis mise dos à lui ensuite et a travers le pantalon, j’ai pu le masturber pendant qu’il me tripotait les seins. Cette position ne permettait pas davantage.

 

Nous ne nous sommes jamais regardé dans les yeux, sauf la 2 eme fois ou je suis montée dans le train parce qu'il ma vue arriver.

 

Pendant l'acte, nous avions regard dans le vide comme tout le monde.

 

il y a un code avec le tripoteur «Professionnel» et aucun avec le tripoteur emmerdeur.

 

Le "pro", ne fixe jamais, ne nous suit jamais à la descente du train, sauf si c’est sa station, mais il ne cherche pas à nous suivre.

 

Le "pro" teste notre comportement au pelotage, l’emmerdeur lui, cherche notre regard. ou touche directement comme en terrain deja conquit

 

L’emmerdeur, lui il fixe, il pense que c’est son charme qui fait la situation, il veut de suite engager une conversation pour indiquer l’hôtel le plus proche (ce qu'il veut, c'est "prendre un verre" pour l'hôtel ensuite, c’est plus galant). L'emmerdeur croit que ca y est c’est arrivé et qu’on est a sa botte.

 

A force, on arrive à les discerner suivant leur comportement, j’ai eu la chance de ne jamais être trop ennuyée par un emmerdeur, j’ai toujours su a temps, me pousser, montrant ainsi que je ne suis pas de celle qui se font tripoter.

 

Il ne faut pas croire qu'à chaque fois que l'on monte dans le métro c’est comme ca, non, ça ne fonctionne qu’une fois sur trois, au mieux. Mais il est vrai que si rien ne se passe, je ne fais pas demi tour, je poursuis mon chemin. Tant pis, ce sera pour une autre fois. Je me suis habillée presque pour rien en fin de compte, je me venge sur le shopping

 



Commentaires (5)

Marc76101 le 30/04/2013
Hummmm très intéressant.
Dommage que je sois sur Rouen
marc76101@gmail.com


K le 19/08/2013
Super sympa, j'habite par ailleurs sur Paris.
Si tu es intéressée, tu pourrais me donner ta ligne, voire une fourchette de stations, pour garder le jeu. (:


fav le 18/10/2013
c sympas ton fantasme
tu es ou sur paris
tu prends quel rame de metro
je te laisse mon adresse mail
au cas ou: d.favier6@laposte.net


femme-ouverte le 18/10/2013
je ne fais jamais rien de ce genre en tenant un agenda, je vais dans un endroit certe, mais jamais en ayant dit a quelqu'un que j'allais y aller ou que j'y suis souvent, le fun, c'est l'imprevu et non le pre programmé, si j'ai bien voulu raconter cela, c'est pour la bonne raison que je n'y vais plus, si cela etait encore mes envies, je ne l'aurais pas raconté
http://femme-ouverte.centerblog.net


Anonyme le 26/11/2013
Si cela se trouve nous nous sommes déja croisé car j'ai eu une experience avec une femme dans le metro comme tu le décris. Je suis d'accord avec toi le fun est d'avoir du plaisir avec une inconnue sans chercher plus loin simplement le temps d un trajet en se séparant comme on s'est rencontré.


Ecrire un commentaire


DERNIERS ARTICLES :
mes flops
concernant quelques aventures qui ne se sont pas du tout passés comme d'autres qui sont allées très loin au niveau coquineries, j'en ai eu aussi quelques une qui ont avor
le copain
  Pour mes relations sexuelles hors mariage, je me méfie toujours des proches, mais quelquefois, je me laisse entrainer dans une histoire qui me dépasse.    Mon mari est
repas champetre
    En vacances, passant dans le Périgord, nous visitons les environs, c'est un coin qu'on aime bien, de plus il est sur la route ou prés d'amis qui s'y sont installés, a
sur la route des vacances
Un été, nous roulions depuis le matin sur la route des vacances, nous pensions arriver vers 14 h a notre location, mais les villes à traverser nous retardaient considérab
le magasin
  Petite histoire insolite   Du temps où j'habitais paris, je m'habillais beaucoup du côté de chaussée d'Antin. Certaines boutiques avaient des vêtements qu'on ne voit pa